Sur la route de Chiang Mai : étape à Lampang

Sur la route de Chiang Mai : étape à Lampang
wat phrabat pu pha daeng - lampang

Lampang est une ville du nord de la Thailande, souvent visitée au passage sur la route menant à Chiang Mai ou Chiang Rai.

Niché dans le bassin où coule paisiblement la rivière Wang, à 100 km au sud de Chiang Mai (et quelque 600 km de la capitale, Bangkok), Lampang fut une citée prospère il y a de ça un peu plus de 100 ans, alors que le commerce du bois de teck battait son plein.

Lampang est considéré avant tout comme un lieu de visite résolument plus culturel que pour sa nature, ou se trouvent certes des montagnes verdoyantes, mais qui n’ont pas autant de charme que celles plus au nord.

wat phrabat pu pha daeng - lampang

Pour autant, on y trouve des temples absolument uniques, dont le plus fameux est le Wat Phra That Lampang Luang, qui mêle habilement les architectures Lanna et l’influence Birmane.

L’idée ici étant de vous montrer ce qu’il est possible de voir et faire dans ce coin de Thailande, qui se fait largement voler la vedette par Chiang Mai.

Wat Phra That Lampang Luang

Situé à 20 km au sud du centre-ville, le vieux temple est certainement l’attraction la plus connue du coin. Sa fondation remonterait au XI ou XIIe siècle et selon la légende, Bouddha lui-même serait venu sur ce site en faisant don d’un cheveu, auquel s’ajouta plus tard des parties d’os en guise de relique, d’où le nom, qui littéralement veut dire le temple aux reliques sacrées de Bouddha de Lampang.

wat phra that lampang luang

wat phra that lampang luang

De l’époque de sa fondation, on peut notamment y admirer une statue de Bouddha, placée dans une chapelle, une pièce unique d’une époque où cette partie de la Thailande s’appelait encore le royaume de Lavo.

Le temple est situé sur une petite colline artificielle et pourrait avoir aussi servi d’avant-poste (au conditionnel oui, car je ne suis pas historien et me méfie des infos que je trouve pour rédiger cet article…), d’où le mur d’enceinte fortifié l’entourant.

Devant, on y croise des calèches à chevaux, symbole de Lampang. Elles ont été amenées par le gouverneur local depuis Bangkok vers 1916, quand la ligne de chemin de fer est arrivée jusque Lampang.

wat phra that lampang luang

wat phra that lampang luang

Utilisé alors comme taxi, c’est devenu au fils des ans une attraction touristique.

Un tour autour de la ville commence à 200 baht et dure environ 30 minutes. Si vous voulez un trajet plus long, le tarif est de 300 bahts / heure.

Une fois les escaliers bordés de nagas montés, on se retrouve face à cet imposant viharn en bois de teck, construit en 1476 et qui est l’un des plus ancien en Thailande.

Il a la particularité d’être ouvert sur tous les côtés, les piliers sont laqués d’or et des fresques de peintures rappelant les précédentes réincarnations du Bouddha, ont été rajouté sur le bois en dessous du toit au XIXe.

Derrière, se trouve l’imposant chedi de 45m de haut. De nombreux fidèles sont là pour en faire le tour en priant. À côté, c’est un autre viharn. En rentrant sur la droite, vous y verrez quelque chose d’assez insolite ; un interstice permet de laisser passer la lumière, et par la même, le chedi vient se refléter sur une surface blanche telle une photo sur un négatif.

Dans l’arrière-cour plus paisible, il y a notamment cette petite chapelle, dont l’entrée est interdite aux femmes, qui date du XIIIe.

wat phra that lampang luang

À l’extérieur de l’enceinte principale du temple, à côté du viharn secondaire, on peut visiter toute une autre partie du temple incluant les habitations des moines, mais aussi 3 petits musées, dont l’un est payant, il me semble.

On y trouve des objets de cérémonie bouddhiste, des pièces de monnaie et billets de différentes époques, différentes statues de bouddhas, objets d’art, mais aussi des céramiques et divers manuscrits.

wat phra that lampang luang

wat phra that lampang luang

wat phra that lampang luang

Une autre particularité du temple est cette possibilité de faire une donation, qui donne droit à ce qu’une petite nacelle viendra se hisser jusqu’au sommet du chedi afin d’y verser par système de poulie, de l’eau bénite.

C’est la 2e fois que je viens ici, la première fois, c’était en rénovation. Ici, le travail a été salué par de nombreux experts, car c’est l’un des rares temples le mieux conservé dans son état d’origine. Et j’ai pu constater ce résultat avec plaisir.

wat phra that lampang luang

wat phra that lampang luang

wat phra that lampang luang

Pour s’y rendre, il faut prendre soit un songtaew soit un taxi depuis le centre de Lampang.

Wat Phrabat Pu Pha Daeng

Avec un nom pareil (aussi orthographié Wat Phra Phutthabat Phu Pha Daeng), ce n’est pas trop difficile pour moi de me démarquer et devenir numéro 1 sur ce genre de mot « clé », sauf qu’en fait de mot-clé, s’en est justement pas un puisque personne ne connaît…

Il s’agit là pourtant d’un petit bijou. Non pas pour la beauté même du temple, car oui, c’est bien de cela dont il s’agit (pour rappel Wat = temple en Thailande) mais bien pour le cadre.

wat phrabat pu pha daeng - lampang

En effet, ce temple est posé sur une colline qui possède une vue sur toute la vallée du nord de la province de Lampang, malheureusement très brumeuse du fait de la chaleur au moment de ma visite (en mars), du moins, la partie la plus haute.

On peut concrètement distinguer 3 parties. La première, non loin du parking, on y trouve un viharn et un ensemble de bâtiments faisant aussi partie de ce même monastère.

La seconde, comprend un coffee shop, enfin un café (oui, c’est pas les Pays-Bas ici…), un genre de guesthouse (pour les moines de passage ?) et la dernière, celle où l’on s’est attardée, au sommet de la montagne.

Y accéder est tout aussi inédit et plutôt folklorique.

wat phrabat pu pha daeng - lampang

Unseen Thailande comme on l’aime

Une fois garé au parking, lui-même non plus d’un viharn qui fait aussi partie du temple, il faut s’acquitter du droit d’entrée de 100 bahts, qui inclut un trajet aller-retour avec un pick-up, puisqu’il y a près de 3 km à parcourir avant d’arriver au pied des escaliers et finir les derniers 800m à pied pour atteindre le sommet.

Des marches métalliques, nous font passer le long de la colline, dont la pente est assez facile sur les 500 premiers mètres mais se corse un peu sur les 300 derniers.

En haut, 2 militaires, des rangers, se trouvaient là en guise « d’accueil », avec une trousse de premiers secours… On peut boire via un robinet qui sort de gros réservoirs qui filtrent l’eau, pratique si on a pas de bouteille d’eau comme moi…

Je montais les premiers escaliers montant vers un chedi sur la droite, j’y serais seul car mes parents ont le vertige, dommage de louper cette vue, qui même brumeuse, reste pas désagréable puisqu’elle donne aussi sur l’ensemble du temple au sommet.

wat phrabat pu pha daeng - lampang

wat phrabat pu pha daeng - lampang

wat phrabat pu pha daeng - lampang

On distingue le parking et l’autre partie du temple plus bas.

Plus loin en suivant un petit chemin sur quelques mètres, cela donne sur un lieu de prière monté sur un espace entièrement en bois, avec sa statue de bouddha indissociable.

À côté siège un ensemble de petites pagodes disséminés sur les rochers tranchant qui forment le sommet de cette colline, qui fait partie de la montagne du Doi Pu Yak.

Le temps d’en faire le tour et d’admirer ces points de vue, le soleil commençait à tirer sa révérence et surtout, les militaires nous demandaient de commencer à redescendre, alors qu’eux même partaient rejoindre le pick-up qui nous attendait en bas des 800m pour revenir au parking.

wat phrabat pu pha daeng - lampang

Une fois assis à l’arrière du 4×4, nous attendions les dernières personnes qui étaient encore au sommet, un couple de Thai avec qui j’échangeais quelques mots le temps de la descente mouvementée (tout comme à l’allée, ça secoue pas mal et le trajet a un peu des allures de grand-huit).

Se rendre au Wat Phrabat Pu Pha Daeng

Pour ce genre d’endroit plutôt isolé, le plus simple reste de s’y rendre par ses propres moyens. Il faut prendre la route 1035 depuis Lampang sur environs 60 km, le temple est normalement indiqué à une bifurcation au pied de la montagne, 5 km avant le parking.

wat phrabat pu pha daeng - lampang

C’est possible de s’y rendre depuis Chiang Mai, mais il faudra passer par une petite route coupant à travers une montagne et compter 120 km.

Ouverture du Lundi au Vendredi, 8h00 – 16h00 pour la vente des tickets (coup de bol, nous étions arrivés juste à 16h d’ailleurs!)

Le week-end et jour férié, cela démarre plus tôt avec pour horaire : 6h30 – 16h00

Autres visites possible à Lampang

Dans la ville elle-même, on y trouvera quelques anciennes maisons en teck qui rappelle ce passé glorieux de Lampang, qui reste aujourd’hui une ville importante dans le nord de la Thailande.

L’une d’elle est la Ban Sao Nak, qui veut dire la maison aux multiples pilotis, puisque c’est une grande maison de teck est bâtie sur un total de 116 pilotis !

Dans un autre style, on peut y voir notamment celle de la famille Kanchanawong, un riche marchand Birman, structure rappelant les habitations des rues de Penang ou du vieux Phuket.

L’essentiel de ces vieilles maisons se trouve le long d’une rue, Talat Kao, qui veut dire l’ancien marché.

On notera aussi la gare de Lampang, considéré comme l’une des plus belles de Thaïlande. Un mélange d’architecture européenne et Lanna dont sa conservation exceptionnelle a été reconnue par une association d’architecte sous patronage royal.

gare lampang

Crédit photo : XuFanc

Parmi les autres temples, on peut évoquer le Wat Pong Sanuk, dont la construction remonte au XIe siècle et contient notamment un viharn mélangeant les styles Lanna, Birmans et Chinois. On y trouve aussi le Pavilion aux mille bouddhas, dont les images sont incrustes autour sous le toit.

Lampang est aussi connu pour son centre de conservation des éléphants, mais sachant qu’ils y proposent les classiques show de démonstration type dressage, peinture, etc, je ne le recommande pas spécialement.

Enfin, on pourrait citer le parc National de Doi Khun Tan ou celui de Chae Son, connu pour ses sources d’eau chaude.

Comment se rendre à Lampang

Sachant que c’est la 2e ville d’importance dans le nord, elle est très bien desservie.

Elle possède un aéroport, accessible via Bangkok Airways ou Nok Air. La ligne de train Bangkok – Chiang Mai passe par Lampang et enfin les bus auront en général une liaison direct vers Lampang depuis les principales villes du pays, Chiang Mai, Phitsanulok (proche de Sukthothai), Bangkok pour ne citer que celles-là.

Powered by 12Go Asia system

Où dormir à Lampang

Mon meilleur conseil puisque je n’y ai jamais dormi est de comparer ci-dessous les offres disponibles pour Lampang :

Lorsque je découvrais la Thailande en 2006, je ne m'attendais certainement pas à y poser mes valises 2 ans plus tard ! Depuis je voyage régulièrement à travers toute l'Asie. Je partage, photos, conseils et récits de la vie d'expatrié en Thailande et sur les pays d'Asie, pour ceux qui serait tenter par l'aventure de l'expatriation, ceux qui rêvent d'Asie et ceux qui veulent rêver tout court.

2 Avis

  1. anonyme ll y a 4 mois

    Tres jolie photos.
    Tres beau parcours

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CommentLuv badge

Sur la route de Chiang Mai : étape à Lampang

by Romain time to read: 8 min
2