A la recherche des Street Art de George Town

A la recherche des Street Art de George Town

Lorsque j’étais allé à Penang pour mon visa voilà 5 ans, je n’avais pas particulièrement été marqué par cette visite. Je ne dit pas que je n’avais pas aimé non plus, mais je ne pensais pas spécialement que j’allais y revenir…

Et voilà donc que 5 longues années plus tard je me retrouve sur cette « bonne vieille » île de Penang. Mais cette fois il y a une différence de taille. Si la première fois la ville historique de George Town venait d’être classé au patrimoine mondial de l’UNESCO l’année précédente, depuis, que de choses se sont passés !
Enfin, surtout une chose ! L’art s’est invité en ville !

Cela a commencé avec « Making George Town » en 2009, une exposition artistique à travers tout George Town qui se veut une introduction sur l’histoire de la ville.

Cette exposition grandeur nature à donner une impulsion artistique à Penang. Ainsi lorsque eu lieu le Festival de George Town en 2012, il fût demandé à l’artiste Lithuanien Ernest Zacharevic (formé à Londres) nouvellement installé sur l’île de peindre dans le cadre d’un nouveau projet artistique nommé « miroirs de George Town », une collection de peintures murales à l’intérieur de la cité. Le projet a suscité beaucoup d’intérêt de la population locale et devait permettre de renforcer l’intérêt dans les rues de George Town.

Miroirs de George Town, l’art qui va transformer la ville

Avant de vous faire une petite visite guidée afin de vous aider à trouver ces peintures murales, voici une liste des différentes catégories dans lesquelles on peut classifier les œuvres à George Town :

  • Les oeuvres d’Ernest Zacharevic: cet artiste lituanien est probablement la raison pourquoi le street art est devenu populaire à Penang en premier lieu, après le succès pour son travail sur « Mirrors George Town » pour le Festival de George Town en 2012. Ses œuvres sont de loin les plus populaires parmi tous les street art, avec souvent des files d’attente pour prendre des photos avec ces travaux et apparaissant sur des objets souvenirs. Il a récemment eu une exposition solo au début de 2014 intitulé « Art is Rubbish / Rubbish is Art (qui se traduirait par un « jolie » l’art est un déchet et un déchet est de l’art) et a maintenant des œuvres que l’on retrouve dans diverses partie de Malaisie, de Singapour et d’Europe.
  • Making George Town : commandé par l’office de tourisme c’est comme je le disais en introduction, la première initiative artistique dans la ville. Making George Town ces structures de 52 fer se trouvent en abondance dans toute la ville de George et ont été effectivement commandées par l’Office de tourisme de Penang pour fournir une bonne anecdote picturale sur l’histoire de la rue, il est situé sur et est un plutôt amusante façon d’apprendre un peu plus sur le patrimoine de Penang.
  • 101 Lost Kittens : cette collection de 12 œuvres est un projet dirigé par l’artiste thaïlandais
    Natthapon Muangkliang et les artistes malaisiens Louise Low et Tang Yeok Khang. Cette collection vise à sensibiliser la population envers les animaux errants. Je vous invite à regarder leur page facebook où vous pouvez notamment y voir les oeuvres en train d’être mise en place.
  • Autres œuvres indépendantes : Il y a maintenant plusieurs autres œuvres d’art dans les rues de George Town en plus de ceux commandités par la ville, certains artistes indépendants comme Louis Gan y ont ajoutés leur patte tandis que d’autres sont des commandes de particulier, par exemple pour mettre en valeur leur boutique. Voici par exemple une oeuvre qui est à côté d’un magasin qui vend des « Pau », un genre de Dim Sum pour ceux qui connaissent, l’oeuvre étant connue sous le nom de « I want Pau » ou simplement « Children from window » dans la rue Armenian (Lebuh Armenian ou Armenian Street)
  • Boutique Ming Xiang Tai - I want a Pau - Children from window - Lebuh Armenian

    Je recommande fortement de prendre plan, celui de l’office de tourisme comme il y a à l’aéroport par exemple fait très bien l’affaire. Vous pouvez consultez une version pdf du plan ici : http://www.visitpenang.gov.my/download2/street-art-2014.pdf.

    Je vous conseille également ce site, qui est en anglais certes mais qui répertorie toute les street art dans George Town, du moins un nombre important.

    Vous pouvez aussi consultez cette carte Google sur le Street Art de George Town qui est plutôt complet et couvre la plupart de celles que j’ai pu voir. Toutefois, certaines œuvres énumérées ne sont plus là, le street art étant ce qu’il est, un art éphémère, certaines peintures se sont écaillés et ont presque disparus, à l’inverse d’autres vont surement apparaître.


    Afficher Time Out Penang Street Art Map sur une carte plus grande

    Lebuh Armenian (Armenian Street)

    Si jamais vous n’avez pas beaucoup de temps pour visiter mais souhaitez voir un max de ces oeuvres de rues alors c’est LA rue où il faut se rendre, d’autant que celle ci conduit tout droit vers une des attractions de l’île, la vieille communauté chinoise sur la jetée en bord de mer (Chew Jetty)

    L’idéal étant de visiter en semaine pour éviter les rues bondés de touristes ou de voitures. Pour ma part voici mon parcours permettant de voir les oeuvres ci dessous, partant de mon hôtel depuis la rue Jalan Mesjid Kapitan Keling (j’étais resté au Red Inn Court) j’étais revenu sur le croisement avec l’avenue Chulia pour descendre vers les quais.

    Oeuvre de l'artiste Simon Tan appelé "Ah Mah and Ah Soon" (Grand père et fils) est difficile à louper puisque juste à l'entrée du Chew Jetty.

    Oeuvre de l’artiste Simon Tan appelé « Ah Mah and Ah Soon » (Grand père et fils) est difficile à louper puisque juste à l’entrée du Chew Jetty.

    Une autre oeuvre d'Ernest Zacharevic qui a quasiment disparue, intitulé "Two Children on a boat" et situé sur une des maisons du Jetty principal (Chew Jetty). Probablement rongé par le sel de mer.

    Une autre oeuvre d’Ernest Zacharevic qui a quasiment disparue, intitulé « Two Children on a boat » et situé sur une des maisons du Jetty principal (Chew Jetty). Probablement rongé par le sel de mer.

    Cette énorme fresque représente Skippy, la mascotte du projet "101 Lost Kittens", difficile à louper de part sa taille sur Armenian Street.

    Cette énorme fresque représente Skippy, la mascotte du projet « 101 Lost Kittens », difficile à louper de part sa taille sur Armenian Street.

    Projet "101 Lost Kittens", intitulé "love me like your fortune cat" (qui fait référence au chat asiatique sous forme de figurine et qui est censer apporter la chance), elle n'est pas très difficile à trouver car elle fait pratiquement face à Skippy, la grande peinture murale du chat (la mascotte du projet)

    Projet « 101 Lost Kittens », intitulé « love me like your fortune cat » (qui fait référence au chat asiatique sous forme de figurine et qui est censer apporter la chance), elle n’est pas très difficile à trouver car elle fait pratiquement face à Skippy, la grande peinture murale du chat (la mascotte du projet)

    Dans une petite ruelle faisant face à l'oeuvre "love me like your fortune cat" et juste à côté de Skippy, en l'occurence dans la même ruelle que le rat ci dessous, se trouve cette autre oeuvre du projet "101 Lost Kittens" intitulé "Please care and bathe me" (Prenez soin de moi et lavez moi s'il vous plait)

    Dans une petite ruelle faisant face à l’oeuvre « love me like your fortune cat » et juste à côté de Skippy, en l’occurence dans la même ruelle que le rat ci dessous, se trouve cette autre oeuvre du projet « 101 Lost Kittens » intitulé « Please care and bathe me » (Prenez soin de moi et lavez moi s’il vous plait)

    Un peu plus discrète, cette oeuvre du projet "101 Lost Kittens" intitulé "I can help catch rats" (je peux aider à attraper des rats) est sur un mur d'une ruelle donnant sur l'Armenian Street.

    Un peu plus discrète, cette oeuvre du projet « 101 Lost Kittens » intitulé « I can help catch rats » (je peux aider à attraper des rats) est sur un mur d’une ruelle donnant sur l’Armenian Street.

    Autre oeuvre pour le projet" 101 Lost Kittens" intitulé "No Animal discrimination",un peu plus dure à trouver car plus loin dans une ruelle entre Armenian et Ah Quee Street, non loin de l'autre oeuvre du même projet (" "I can help catch rats")

    Autre oeuvre pour le projet » 101 Lost Kittens » intitulé « No Animal discrimination »,un peu plus dure à trouver car plus loin dans une ruelle entre Armenian et Ah Quee Street, non loin de l’autre oeuvre du même projet ( » « I can help catch rats »)

    Probablement une si ce n'est la plus populaire peinture d'Ernest Zacharevic intitulé "Little children on a bycicle" (jeunes enfants sur un vélo) Difficile à louper car il y a pratiquement toujours quelqu'un en train de le photographier, cette oeuvre est sur Armenian Street près du croisement avec le rue Lebuh Pentai.

    Probablement une si ce n’est la plus populaire peinture d’Ernest Zacharevic intitulé « Little children on a bicycle » (jeunes enfants sur un vélo) Difficile à louper car il y a pratiquement toujours quelqu’un en train de le photographier, cette oeuvre est sur Armenian Street près du croisement avec le rue Lebuh Pentai.

    Une oeuvre d'un artiste inconnue intitulé "Magic" sur la rue Armenian.

    Une oeuvre d’un artiste inconnue intitulé « Magic » sur la rue Armenian.

    Petite oeuvre indépendante des artistes Jim Oo Chun Hee et John Cheng. Intitulé "Cultural Girl" c'est une oeuvre qui fait référence à la culture Hokkien dont la plupart des immigrés chinois des Penang venaient de la région sud de la Chine (Fujian, Taiwan entre autre)

    Petite oeuvre indépendante des artistes Jim Oo Chun Hee et John Cheng. Intitulé « Cultural Girl » c’est une oeuvre qui fait référence à la culture Hokkien dont la plupart des immigrés chinois des Penang venaient de la région sud de la Chine (Fujian, Taiwan entre autre)

    Autre oeuvre de Jim Oo Chun Hee et John Cheng sur le même mur violet intitulé "Speak Hokkien", le dialecte de certaines région du Sud de la Chine.

    Autre oeuvre de Jim Oo Chun Hee et John Cheng sur le même mur violet intitulé « Speak Hokkien », le dialecte de certaines région du Sud de la Chine.

    Dans le petit passage entre Armenian Street et Ah Quee Street, cette oeuvre d'Ernest Zacharevic utilise le plot pour faire 2 Minions (du film d'animation Moi, moche et méchants)

    Dans le petit passage entre Armenian Street et Ah Quee Street, cette oeuvre d’Ernest Zacharevic utilise le plot pour faire 2 Minions (du film d’animation Moi, moche et méchants)

    Une oeuvre probablement commandé par le magasin sur lequel ce "Lion Dance" est peint.

    Une oeuvre probablement commandé par le magasin sur lequel ce « Lion Dance » est peint.

    Au pied de la même maison que l'oeuvre "The old man" cette peinture signé par un artiste dénommé "Nima" s'intitule "Traffic policeman" qui représente un officier de police à moto, c'est une oeuvre parmi les oeuvres non accrédité par la ville et elle a l'air d'avoir souffert du temps qui passe...

    Au pied de la même maison que l’oeuvre « The old man » cette peinture signé par un artiste dénommé « Nima » s’intitule « Traffic policeman » qui représente un officier de police à moto, c’est une oeuvre parmi les oeuvres non accrédité par la ville et elle a l’air d’avoir souffert du temps qui passe…

    Une des premières peintures d'Ernest Zacharevic intitulé "The old man" qui est pour l'anecdote sont voisin (car Ernest vit donc toujours à Penang), l'oeuvre a déjà souffert des caprices du temps et ne sera bientôt plus visible...

    Une des premières peintures d’Ernest Zacharevic intitulé « The old man » qui est pour l’anecdote sont voisin (car Ernest vit donc toujours à Penang), l’oeuvre a déjà souffert des caprices du temps et ne sera bientôt plus visible…

    Lebuh Ah Quee (Ah Quee Street)

    Avant de rejoindre cette rue, parallèle à Armenian Street, faite un saut à gauche pour voir une autre oeuvre d’Ernest Zacharevic, « Boy on chair », un peu avant la mosquée d’Acheh Street.

    Une autre oeuvre d'Ernest Zacharevic intitulé sobrement "Boy on Chair" (Garçon sur une chaise) Celle ci est sur la rue Lebuh Cannon à gauche en sortant de la Armenian Street. Vous étonné pas si vous voyez un groupe de Chinois devant, il faut parfois savoir attendre pour pouvoir la prendre à son tour...

    Une autre oeuvre d’Ernest Zacharevic intitulé sobrement « Boy on Chair » (Garçon sur une chaise) Celle ci est sur la rue Lebuh Cannon à gauche en sortant de la Armenian Street. Vous étonné pas si vous voyez un groupe de Chinois devant, il faut parfois savoir attendre pour pouvoir la prendre à son tour…

    Après cela revenez sur vos pas et prenez donc la rue Ah Quee qui comporte aussi quelques Street Art intéressantes :

    Autre oeuvre du projet "101 Lost Kittens", intitulé "The real Bruce Lee would never do this" (le vrai Bruce Lee ne ferait jamais ça). Elle est situé derrière un mur d'une ruelle ou vous pourrez croiser l'oeuvre inconnue ci-dessous non loin de la peinture d'Ernest Zacharevic "Boy on a bike".

    Autre oeuvre du projet « 101 Lost Kittens », intitulé « The real Bruce Lee would never do this » (le vrai Bruce Lee ne ferait jamais ça). Elle est situé derrière un mur d’une ruelle ou vous pourrez croiser l’oeuvre inconnue ci-dessous non loin de la peinture d’Ernest Zacharevic « Boy on a bike ».

    Ouvre "bonus" entre celle d'Ernest Zacharevic "Boy on Ride" et celle du projet "101 Lost Kittens" avec Bruce Lee en vedette (ci dessus).

    Ouvre « bonus » entre celle d’Ernest Zacharevic « Boy on Ride » et celle du projet « 101 Lost Kittens » avec Bruce Lee en vedette (ci dessus).

    Oeuvre non signé derrière celle du projet "101 Lost Kittens" avec Bruce Lee.

    Oeuvre non signé derrière celle du projet « 101 Lost Kittens » avec Bruce Lee.

    Difficile à louper sur cette rue Ah Quee car vous apercevrez vite cette moto au bout de la rue. Cette oeuvre signé d'Ernest Zacharevic est intitulé "Boy on a ride". Il y avait juste à côté (sur la gauche) une autre oeuvre appelé "Little boy with a pet dinosaur" mais trop abîmé du coup je ne l'ai pas vu...

    Difficile à louper sur cette rue Ah Quee car vous apercevrez vite cette moto au bout de la rue. Cette oeuvre signé d’Ernest Zacharevic est intitulé « Boy on a ride ». Il y avait juste à côté (sur la gauche) une autre oeuvre appelé « Little boy with a pet dinosaur » mais trop abîmé du coup je ne l’ai pas vu…

    Si vous avez du temps : Lebuh Chulia

    Cette longue rue part depuis le carrefour de la rue Jalan Penang d’où vous pourrez voir entre autre l’oeuvre imposante d’Ernest Zacharevic « The Trishaw » puis redescendre jusque sur le quai où vous pourrez y voir 2 œuvres de Louis Gan (dans la même veine que celle d’Ernest)

    Une oeuvre massive d'Ernest Zacharevic, intitulé "The Trishaw", du nom du tricyle, la peinture recouvre un pan entier d'un immeuble situé sur la rue Jelan Penang, adjacent à un parking.

    Une oeuvre massive d’Ernest Zacharevic, intitulé « The Trishaw », du nom du tricyle, la peinture recouvre un pan entier d’un immeuble situé sur la rue Jelan Penang, adjacent à un parking.

    Cette oeuvre non accrédité par la ville de l'artiste Louis Gan appelé "Brother and sister on a swing" (Frère et soeur sur une balançoire) se trouve non loin de la rue Chulia dans une ruelle qui s'appelle "Step by Step Lane".

    Cette oeuvre non accrédité par la ville de l’artiste Louis Gan appelé « Brother and sister on a swing » (Frère et soeur sur une balançoire) se trouve non loin de la rue Chulia dans une ruelle qui s’appelle « Step by Step Lane ».

    Un autre Minion, aussi dans la ruelle "Step by Step Lane" près de la balançoire de Luis Gan.

    Un autre Minion, aussi dans la ruelle « Step by Step Lane » près de la balançoire de Luis Gan.

    Un Minion caché dans le coin vers l'oeuvre de Louis Gan "Brother and sister on a swing" dans la rue Step by Step (véridique !)

    Un Minion caché dans le coin vers l’oeuvre de Louis Gan « Brother and sister on a swing » dans la rue Step by Step (véridique !)

    Juste en face de la ruelle de l'autre oeuvre de Louis Gan se trouve une autre ruelle avec cette autre oeuvre de Louis Gan intitulé "Children playing basketball".

    Juste en face de la ruelle de l’autre oeuvre de Louis Gan se trouve une autre ruelle avec cette autre oeuvre de Louis Gan intitulé « Children playing basketball ».

    Il y a bien sûr d’autres œuvres éparpillés dans la ville, et c’est bien là ce qui pour moi rends la visite croustillante, il est assez émoustillant de s’amuser à trouver les peintures. Parmi celles ci nous en trouverons juste près de notre hôtel, alors que j’étais à Penang seul les premiers jours, ma femme me rejoignait juste avant qu’on parte vers les Cameron Highlands (article à venir !), je quittais donc l’hostel Red Inn pour aller vers un hôtel plus près de la tour Komtar dans la rue Lorong Kinta.

    Un peu excentré par rapport aux autres œuvres, celle ci, de l'artiste Louis Gan est intitulé "Meal order", sur la rue Lorong Kinta, en l’occurrence c'était juste à côté de notre hôtel (le Heliconia Hotel)

    Un peu excentré par rapport aux autres œuvres, celle ci, de l’artiste Louis Gan est intitulé « Meal order », sur la rue Lorong Kinta, en l’occurrence c’était juste à côté de notre hôtel (le Heliconia Hotel)

    Juste à côté de l'oeuvre "Meal order" de Louis Gan se trouve celle de Simon Tan, intitulé Ah Kong.

    Juste à côté de l’oeuvre « Meal order » de Louis Gan se trouve celle de Simon Tan, intitulé Ah Kong.

    Il y avait aussi d’autres peintures plus excentré ou plus isolé comme une sur le carrefour entre les quais et la rue Jalan Perangin ou la peinture « Kung Fu Girl » sur la rue Muntri :

    Un peu excentré sur la rue Jalan Perangin cette oeuvre est intutilé "Penang Past Present and future" (Passé, Présent et Future de Penang), cette peinture s'étale tout le long d'un mur (non répertorié sur la Google Map)

    Un peu excentré sur la rue Jalan Perangin cette oeuvre est intutilé « Penang Past Present and future » (Passé, Présent et Future de Penang), cette peinture s’étale tout le long d’un mur (non répertorié sur la Google Map)

    Une oeuvre de'Ernest Zacharevic situé dans l'enceinte d'un petit temple chinois sur la rue Muntri.

    Une oeuvre de’Ernest Zacharevic situé dans l’enceinte d’un petit temple chinois sur la rue Muntri.

    Il y a un peu partout des oeuvres qui fleurissent dont en voici un assortiment, si vous allez à Penang, n’hésitez pas à partager vos trouvailles ! Bonne « chasse » !

    Lorsque je découvrais la Thailande en 2006, je ne m'attendais certainement pas à y poser mes valises 2 ans plus tard ! Depuis je voyage régulièrement à travers toute l'Asie. Je partage, photos, conseils et récits de la vie d'expatrié en Thailande et sur les pays d'Asie, pour ceux qui serait tenter par l'aventure de l'expatriation, ceux qui rêvent d'Asie et ceux qui veulent rêver tout court.

    8 Avis

    1. Amélie - Voyagista 3 années ll y a

      Suite à ton message sur mon article sur Penang, je découvre le tien et tout de suite j’ai envie de retourner à Penang! J’avais bien aimé ma première visite, j’avais trouvé qu’il y avait quelque chose de bien qui s’y passait, des boutiques hotels très bien intégrés s’ouvraient, l’atmosphère dans les rues de la vieille ville était très agréable… et ce sentiment est confirmé par ce projet de street art qui m’emballe carrément!
      Je ne suis pas encore allée aux Cameron Highlands donc pourquoi pas un passage à Penang pour découvrir une partire de la Malaisie, j’attends ton prochaine article pour me donner envie!

      • Auteur
        Romain 3 années ll y a

        SAlut Amélie, oui, pour ma part j’ai vraiment été conquis par cette initiative. Je trouve que cela rend vraiment la balade intéressante, presque « interactive ». Un peu de patience pour l’article sur les Cameron Highlands 😉

    2. Laurent 3 années ll y a

      Celle des « 101 Lost Kittens », on dirait un peu les tests qu’on te fait faire chez l’ophtalmo pour le daltonisme !
      Ma préférée reste celle du gamin sur la moto. C’est toi qui l’avais déjà publiée sur ta page Facebook Romain ? J’ai vu cette photo il y a peu. Cela dit, en adepte du vélo, celle du gamin sur le vélo aura le droit à la première marche du podium 🙂

      • Auteur
        Romain 3 années ll y a

        Ahah oui je pense que c’est le but recherché ! Peut être une analogie entre les animaux abandonnés que l’on ne voit pas car ignorés… En fait c’est la photo de ma soeur que tu as dû voir 😉 Elle vient de partir un an en Malaisie pour étudier et elle est (déjà) partie en weekend visiter les environs. Pour ma part j’y étais un mois avant elle, normalement on devait se rencontrer à ce moment là mais elle a eu un soucis de visa…

    3. Thomas 3 années ll y a

      C’est sympa comme street art, on voie que c’est Asiatique. Si tu as l’occasion de découvrir le street art de Londres ou de Paris tu verras c’est complétement différent

      • Auteur
        Romain 3 années ll y a

        C’est pas vraiment comparable en effet, c’est beaucoup plus « soft », perso je préfère ce style à ceux que l’on peu voir en Europe.

    4. Antoine - Odasie 3 années ll y a

      Je suis alle a Penang en coup de vent il y a 4 ans pour un renouvellement de visa et j’avais pas vu tout ca ! Les ouevres d’Ernest Zacharevic sont vraiment sympas. Je note pour mon prochain tour la ba.

      • Auteur
        Romain 3 années ll y a

        Normal, il y a 4 ans il n’y avait rien ! Les première oeuvres, les caricatures de « Making George Town » ont été mises en place fin 2010, les peintures d’Ernest et des autres artistes sont elles encore plus récentes, le projet 101 Lost Kittens lui date de l’année dernière par exemple.
        Ce qui est bien c’est que cela évolue maintenant constamment, avec des peintures qui disparaissent mais d’autres qui apparaissent.

    Laisser un commentaire

    A la recherche des Street Art de George Town

    by Romain time to read: 10 min
    8