Making George Town, découvrir l’histoire de la ville à travers des sculptures

Making George Town, découvrir l’histoire de la ville à travers des sculptures

Comme je l’évoquais dans l’article précédent, Making George Town fût l’élément déclencheur dans le développement artistique de la ville dès 2009. Il fût mis en place pour promouvoir la ville qui venait d’être enregistrée comme « Word Heritage Site » par l’Unesco. Le but de l’exposition étant de partager un bout d’histoire de la ville avec les touristes, que ce soit en terme d’anecdotes quant au pourquoi du nom des rues, où à l’interaction sociale entre les individus (la plupart étant des immigrés Chinois) le tout en utilisant des sculptures faites de tiges d’acier sous forme de caricatures.

Réalisé par l’entreprise « Sculpture at Work Studio » basé à Kuala Lumpur qui remporta l’appel d’offre, les œuvres sont nés du talent de 4 dessinateurs/cartoonistes et se composent d’une commande initiale de 52 sculptures.

  1. Baba Chuah
  2. Lefty (de son nom complet Julian « Lefty » Kam)
  3. Reggie Lee
  4. Tang Mun Kian

Le dernier artiste Tang Mun Kian étant celui derrière une bonne majorité des sculptures. Si vous êtes attentifs aux détails on peut y distinguer la patte donnant un style différent à chaque caricature en fonction de leur créateur respectif.

Caricatures de Baba Chuah

Intitulé "Jimmy Choo" cette caricature placé au coin de la rue Leith et Muntri fait référence à la boutique "Hong Kong Shoe". C'est là que le  célèbre cordonnier Jimmy Choo fût apprenti et au lieu de faire cordonnier dans la rue comme c'est souvent le cas, il poursuivit ses études jusque dans une célèbre université à Londres. Il devint par la suite le créateur de chaussures sur mesure des stars après avoir notamment fait une paire pour la regretté Princesse Diana.

Intitulé « Jimmy Choo » cette caricature placé au coin de la rue Leith et Muntri fait référence à la boutique « Hong Kong Shoe ». C’est là que le célèbre cordonnier Jimmy Choo fût apprenti et au lieu de faire cordonnier dans la rue comme c’est souvent le cas, il poursuivit ses études jusque dans une célèbre université à Londres. Il devint par la suite le créateur de chaussures sur mesure des stars après avoir notamment fait une paire pour la regretté Princesse Diana.

"Yeoh only" est une sculpture situé sur le mur de la maison commune du clan Yeoh (Yeoh Kongsi). Situé sur la rue Chulia elle commémore la fondation de cette maison commune du clan Yeoh en 1836.

« Yeoh only » est une sculpture situé sur le mur de la maison commune du clan Yeoh (Yeoh Kongsi). Situé sur la rue Chulia elle commémore la fondation de cette maison commune du clan Yeoh en 1836.

Caricatures de Lefty

Situé sur Muntri Street, cette sculpture intitulé "Win win" fait référence à un célèbre marchand d'étain qui travaillait en étroite collaboration avec un noble Malais, Ngah Ibrahim, au 19e siècle.

Situé sur Muntri Street, cette sculpture intitulé « Win win » fait référence à un célèbre marchand d’étain qui travaillait en étroite collaboration avec un noble Malais, Ngah Ibrahim, au 19e siècle.

Intitulé "Property" cette sculpture situé en face du Yeoh Kongsi sur Victoria Street commémore l’extension des quais des quais entre Beach Street et Weld Quay, permettant l'ajout d'entrepôt et autres batîments commerciaux. Sachant qu'à l'époque les voiliers commençaient à laisser place aux bateaux à vapeurs qui demandaient des ports plus profonds pour accoster.

Intitulé « Property » cette sculpture situé en face du Yeoh Kongsi sur Victoria Street commémore l’extension des quais des quais entre Beach Street et Weld Quay, permettant l’ajout d’entrepôt et autres batîments commerciaux. Sachant qu’à l’époque les voiliers commençaient à laisser place aux bateaux à vapeurs qui demandaient des ports plus profonds pour accoster.

"Narrowest Five Foot Way" est situé au bout de la rue Stewart Lane. Les trottoirs couvert devant les maisons et boutiques sont typique de cette région d'Asie du Sud Est et serait l'oeuvre du fondateur de Singapour, Stamford Raffles, qui après s'être ramassé une bonne averse de mousson alors qu'il servait à Jakarta. Il décida dès lors que les trottoirs devrait être des chemin couvert afin d'être protégés des intempéries. La largeur normale étant d'1m50 (5 Foot), ce trottoir en particulier est considéré comme le plus étroit de George Town.

« Narrowest Five Foot Way » est situé au bout de la rue Stewart Lane. Les trottoirs couvert devant les maisons et boutiques sont typique de cette région d’Asie du Sud Est et serait l’oeuvre du fondateur de Singapour, Stamford Raffles, qui après s’être ramassé une bonne averse de mousson alors qu’il servait à Jakarta. Il décida dès lors que les trottoirs devrait être des chemin couvert afin d’être protégés des intempéries. La largeur normale étant d’1m50 (5 Foot), ce trottoir en particulier est considéré comme le plus étroit de George Town.

Caricatures de Reggie Lee

A côté d'un petit Minion égaré se trouve cette sculpture sur Ah Qee street. Celle ci fait référence à un riche et puissant homme d'affaire de Penang à la fin du XIXe, Kapitan Chung Keng Kwee, qui pour avoir son nom passer à la prospérité a offert sa maison à la municipalité.

A côté d’un petit Minion égaré se trouve cette sculpture sur Ah Qee street. Celle ci fait référence à un riche et puissant homme d’affaire de Penang à la fin du XIXe, Kapitan Chung Keng Kwee, qui pour avoir son nom passer à la prospérité a offert sa maison à la municipalité.

près du carrefour avec Cintra Street, sur un mur de Kampung Malabar se trouve cette sculpture intitulé "Spy" (espion) en référence à cette partie de la ville qui était réputé pour y héberger des activités d'espionnage, d'autant plus lorsque des boutiques de ventes d'appareils photos tenus par des Japonais  s'installèrent en nombre dans le coin.

près du carrefour avec Cintra Street, sur un mur de Kampung Malabar se trouve cette sculpture intitulé « Spy » (espion) en référence à cette partie de la ville qui était réputé pour y héberger des activités d’espionnage, d’autant plus lorsque des boutiques de ventes d’appareils photos tenus par des Japonais s’installèrent en nombre dans le coin.

Caricatures de Tang Mun Kian

Au coin de la rue Lorong Chulia (à ne pas confondre avec la principale Lebuh Chulia qui se croise) se trouve cette sculpture intitulé "Beca" ou "Trishaw Paddler". C'est un clin d'oeil direct au tricycle que l'on voit donc encore aujourd'hui parcourir la ville à la force des jambes, sachant que c'est surtout maintenant pour les touristes plus qu'un réel moyen de locomotion pour les locaux.

Au coin de la rue Lorong Chulia (à ne pas confondre avec la principale Lebuh Chulia qui se croise) se trouve cette sculpture intitulé « Beca » ou « Trishaw Paddler ». C’est un clin d’oeil direct au tricycle que l’on voit donc encore aujourd’hui parcourir la ville à la force des jambes, sachant que c’est surtout maintenant pour les touristes plus qu’un réel moyen de locomotion pour les locaux.

Cette sculpture sur Chulia  street non loin du carrefour avec Beach Street s'intitulé "Double Role". Elle représente un policier (d'origine indienne puisqu'avec un Punjabi) et fait référence à la caserne de pompier sur Beach Street ,où jusqu'en 1909, les policiers devaient aussi servir de pompiers en cas de nécessité.

Cette sculpture sur Chulia street non loin du carrefour avec Beach Street s’intitulé « Double Role ». Elle représente un policier (d’origine indienne puisqu’avec un Punjabi) et fait référence à la caserne de pompier sur Beach Street ,où jusqu’en 1909, les policiers devaient aussi servir de pompiers en cas de nécessité.

Autre sculpture sur Muntri Street, "One Leg Kicks All" est une référence au femme de chambre Cantonaise surnommé Ah Mah. Massivement arrivé depuis la province de Guangdong (sud de la Chine) pour servir dans les maisons des riches familles, leur rôle consistait souvent en de nombreuses tâches incluant le ménage, la cuisine et s'occuper des enfants. Ce qui fait qu'elles ont fini par se surnommer des "Yat Keok Tet", ce qui en Cantonnais veut dire en Anglais "One Leg Kicks All", que j'ai un peu de mal à traduire correctement en français mais donne quelque chose comme "une seule jambe les botte tous"

Autre sculpture sur Muntri Street, « One Leg Kicks All » est une référence au femme de chambre Cantonaise surnommé Ah Mah. Massivement arrivé depuis la province de Guangdong (sud de la Chine) pour servir dans les maisons des riches familles, leur rôle consistait souvent en de nombreuses tâches incluant le ménage, la cuisine et s’occuper des enfants. Ce qui fait qu’elles ont fini par se surnommer des « Yat Keok Tet », ce qui en Cantonnais veut dire en Anglais « One Leg Kicks All », que j’ai un peu de mal à traduire correctement en français mais donne quelque chose comme « une seule jambe les botte tous »

Une autre sculpture sur Ah Quee Street intitulé "Kandar". Un référence au fameux plat de riz Tamil musulman, le Nasi Kandar, qui était auparavant essentiellement vendu par des marchands ambulants .

Une autre sculpture sur Ah Quee Street intitulé « Kandar ». Un référence au fameux plat de riz Tamil musulman, le Nasi Kandar, qui était auparavant essentiellement vendu par des marchands ambulants .

Sur Armenian Street vous pouvez voir cette sculpture intitulé "Then and Now", Avant et Aujourd'hui faisant référence au passé de cette rue qui auparavant était le quartier des ferrailleurs et du commerce du cuivre. Aujourd'hui c'est devenu le coin des recycleurs de journaux, plastiques etc...

Sur Armenian Street vous pouvez voir cette sculpture intitulé « Then and Now », Avant et Aujourd’hui faisant référence au passé de cette rue qui auparavant était le quartier des ferrailleurs et du commerce du cuivre. Aujourd’hui c’est devenu le coin des recycleurs de journaux, plastiques etc…

Accolé à la peinture de Jim et bidulequi prend toute la surface de ce mur, cette sculpture qui était là avant s'intitulé "Too narrow", (Trop étroit) fait référence à l'étroitesse de la Soo Hong Lane en affichant ce pousse pousse qui continue de tracer sa route alors que ses passagers se retrouvent détachés des manches tenu par celui ci.

Accolé à la peinture de Jim et bidulequi prend toute la surface de ce mur, cette sculpture qui était là avant s’intitulé « Too narrow », (Trop étroit) fait référence à l’étroitesse de la Soo Hong Lane en affichant ce pousse pousse qui continue de tracer sa route alors que ses passagers se retrouvent détachés des manches tenu par celui ci.

Juste après la peinture d'Ernest Zacharevic "The old man", cetet sculpture sur Armenian Street intitulé "Procession" qui fait référence à la grande parade de 1926 en l'honneur de l'anniversaire Tua Pek Kong qui tombait cette année durant l'année du tigre. Tuak Pek Kong était une personnalité Chinoise du XVIIIe surnommé "Grand Oncle" et depuis élevé au rang de divinité (mais je n'ai pas trouvé ce que lui vaut cette honneur...)

Juste après la peinture d’Ernest Zacharevic « The old man », cetet sculpture sur Armenian Street intitulé « Procession » qui fait référence à la grande parade de 1926 en l’honneur de l’anniversaire Tua Pek Kong qui tombait cette année durant l’année du tigre. Tuak Pek Kong était une personnalité Chinoise du XVIIIe surnommé « Grand Oncle » et depuis élevé au rang de divinité (mais je n’ai pas trouvé ce que lui vaut cette honneur…)

Sur la rue Cannon vous pouvez apercevoir cette sculpture intitulé "Cannon Hole". La caricature qui montre un conducteur de pousse pousse tombant dans un trou fait référence aux émeutes de 1867 durant lesquelles un boulet de canon fût tiré. Le mythe local voudrait que contrairement à l'image de la sculpture, le trou résultant de ce boulot n'aurait pas été dans le sol mais aurait atteint la mosquée d'Acheh au bout de la rue, trou qui serait celui visible au milieu de la tour du minaret...

Sur la rue Cannon vous pouvez apercevoir cette sculpture intitulé « Cannon Hole ». La caricature qui montre un conducteur de pousse pousse tombant dans un trou fait référence aux émeutes de 1867 durant lesquelles un boulet de canon fût tiré. Le mythe local voudrait que contrairement à l’image de la sculpture, le trou résultant de ce boulot n’aurait pas été dans le sol mais aurait atteint la mosquée d’Acheh au bout de la rue, trou qui serait celui visible au milieu de la tour du minaret…

Situé au coin de la King Street et China Street, cette caricature intitulé "Untrained Parakeet" fait référence au diseurs de bonne aventure Indien qui pour prédire le future de leur client utilisaient des perruches apprivoisés (cette tradition perdurent en Inde).

Situé au coin de la King Street et China Street, cette caricature intitulé « Untrained Parakeet » fait référence au diseurs de bonne aventure Indien qui pour prédire le future de leur client utilisaient des perruches apprivoisés (cette tradition perdurent en Inde).

Cette sculpture sur la façade d'un magasin de Market Lane se veut une explication sur l'origine du vin de palme, une boisson alcoolisé majoritairement bu par des Indiens. La caricature représente un Indien grimpant sur un arbre en pensant qu'il s'agit d'un cocotier alors qu'il s'agit d'un palmier.

Cette sculpture sur la façade d’un magasin de Market Lane se veut une explication sur l’origine du vin de palme, une boisson alcoolisé majoritairement bu par des Indiens. La caricature représente un Indien grimpant sur un arbre en pensant qu’il s’agit d’un cocotier alors qu’il s’agit d’un palmier.

Sur Muda Lane, cette sculpture intitulé "Temple Day" fait référence aux activités autours de cette rue régit par la présence du plus vieux temple Chinois de la ville, le Kuan Yin Teng, dédié à la déesse de la compassion.

Sur Muda Lane, cette sculpture intitulé « Temple Day » fait référence aux activités autours de cette rue régit par la présence du plus vieux temple Chinois de la ville, le Kuan Yin Teng, dédié à la déesse de la compassion.

Cet ensemble de 4 sculptures placés sur des colonnes sur Prangin Road est intitulé Chingay procession, du nom de la parade organisé chaque année par la communauté chinoise de Malaisie pour fêter l'anniversaire des divinités Chinoise.

Cet ensemble de 4 sculptures placés sur des colonnes sur Prangin Road est intitulé Chingay procession, du nom de la parade organisé chaque année par la communauté chinoise de Malaisie pour fêter l’anniversaire des divinités Chinoise.

Sculptures bonus

En cherchant bien vous pourrez trouver d’autres sculptures non répertoriés et ne faisant pas parti du projet « Making George Town ».

Sculpture d'un bébé faisant la poire, le tout représente un arbre et fait face à la célèbre peinture d'Ernest Zacharevic "Two Children on a bicycle".

Sculpture d’un bébé faisant la poire, le tout représente un arbre et fait face à la célèbre peinture d’Ernest Zacharevic « Two Children on a bicycle ».

Sur la même place se trouve une sculpture similaire à celle de Making George Town mais non incluse dans les guide....

Sur la même place se trouve une sculpture similaire à celle de Making George Town mais non incluse dans les guide….

fire fire penang street art

Voilà ! Il y a en tout je rappelle 52 caricatures disséminés à travers tout George Town, j’en ai répertorié ici 19 soit un peu plus d’un tiers, et vous quel va être votre « score » ?

Lorsque je découvrais la Thailande en 2006, je ne m'attendais certainement pas à y poser mes valises 2 ans plus tard ! Depuis je voyage régulièrement à travers toute l'Asie. Je partage, photos, conseils et récits de la vie d'expatrié en Thailande et sur les pays d'Asie, pour ceux qui serait tenter par l'aventure de l'expatriation, ceux qui rêvent d'Asie et ceux qui veulent rêver tout court.

2 Avis

  1. Amélie -Voyagista 3 années ll y a

    Quand j’ai lu ton article précédent je ne pensais pas qu’il y en avait un nouvel à venir…J’aime beaucoup le concept… 57 dis donc ils ont fait du bon boulot à Penang!
    Ma préférée, celle qui explique l’origine du vin de palme…

    • Auteur
      Romain 3 années ll y a

      52, il y a 52 sculptures officielles à ce jour. Pour les explications je ne l’ai su qu’après, sur le moment en visitant je ne faisais pas trop gaffe au texte qui accompagne les caricatures, c’est vraiment bien foutu, super idée que d’avoir fait ça !

Laisser un commentaire

Making George Town, découvrir l’histoire de la ville à travers des sculptures

by Romain time to read: 6 min
2