Indonésie : L’ascension du Kawah ijen – 12e jour – 1/5

Indonésie : L’ascension du Kawah ijen – 12e jour – 1/5

Debout encore une fois de bonne heure (je commence à prendre l’habitude…) nous avons un trajet d’une heure environ avant d’atteindre le parking. Arrivé là seulement 3km nous séparent du cratère de Ijen, mais c’est sans compter que c’est tout en montée encore une fois et cela va nous prendre presque 1h30 !

Aussi dû au fait que Jitima a encore une fois “souffert” et grimpait à son rythme, j’ai dû m’arrêter plusieurs fois pour l’attendre quand ce n’est pas moi-même qui avait éventuellement besoin d’un break. Pour notre “défense” le dénivelé est assez rude, car c’est de l’ordre de 500m de hauteur sur 3,2 km de montée exactement soit une moyenne de près de 16% !

Pour la formation du lieu je vous renvoi sur ce site http://earth-of-fire.over-blog.com/ qui explique bien croquis à l’appui, le complexe de la caldeira de Kendeng (aussi appelé Ijen) était auparavant un “mega” volcan qui après être entrée en éruption en a résulté une énorme explosion formant la caldeira (un mot d’origine portugaise qui signifie en tant que tel “chaudron” et qui désigne un cratère, ancien ou récent, aussi sobrement appelé « dépression circulaire »).

Les actuels monts comme le Kawah Ijen sont les conséquences d’une activité volcanique qui s’est poursuivie et n’a simplement jamais cessé 50.000 ans après cet événement.

DSC_0754.JPG

5h30, en avant toute. (Enfin derrière nous par rapport à la photo)

DSC_0757.JPG

Un des fameux porteur nous attendait pour nous accompagner, silencieusement, amicalement.

Les mineurs viennent ici récolter le soufre (qui est utilisé dans bien des domaines, de la médecine à l’industrie chimique, l’exemple peut être le plus connu est l’utilisation de soufre pour les allumettes) j’allais faire un lapsus en écrivant souffre… car oui ils souffrent, ce que ces mineurs font est proche de l’exploit. 2 fois par jour ils se tapent les 3km de montée que l’on est en train de se faire, descendent dans le cratère, dans une atmosphère pas des plus respirable, ils arrachent ces blocs avec des barres à mine, enfin leurs collègues, ceux comme celui qui nous accompagne ne font vraiment que charger les blocs (des porteurs quoi). Ils chargent donc leur panier de plusieurs rochers de soufre de dizaines de kilos chacuns, remontent le tout, en haut du cratère donc, puis redescendent les 3km avec généralement entre 60 à 90kg sur les épaules, parfois pied nus ou simplement en tong, bref surhumain. Il s’agirait même de plus de 3km car le minerai est destinée à une usine dans la vallée, bien qu’ils ne vont évidemment pas jusqu’à la vallée ils doivent rejoindre un hangar où ils font fondre le soufre avec du feu de bois dans de grosses marmites avant de les resolidifier par fines couches et empiler le tout dans des sacs, qui eux seront chargés dans des camions qui rejoindront la vallée. La photo suivante n’est pas de moi mais montre le hangar en question :

Le crédit revient à ce site

Ces villageois ont “choisis” ce système depuis des décennies pour vivre et apporter des revenus attirant mais éprouvant quant à l’effort colossale que cela demande, je posais sérieusement la question à un guide sur place, comment les premières personnes eurent cette idée de folie de descendre dans un cratère à l’époque vierge de tout aménagement (non pas que c’est bien balisé loin de là mais ça devait être encore pire…) et de se mettre à récupérer le soufre par kilos et se taper la descente, il n’a pas su me répondre… sûrement l’appât du gain, ça motive…

Petite anecdote, on croisa beaucoup de français, à ce même jeune guide qui accompagnait un couple (non français soit dit en passant, je leur ai un peu « squatté » à poser plusieurs questions…) je lui faisait la remarque, celui ci me répondit qu’il y a en effet 80% de français qui visitent les lieux ! Et ce d’après lui, après qu’un certain Monsieur Hulot avec son émission Ushuaïa soit passé par là il y a de ça 14 ans…

DSC_0769.JPG

Un autre porteur passant par là demande à être pris en photo, du moins me pousse à le prendre, et pour cause, ici c'est “payant” une photo, un billet... ce n'est pas valable pour tous mais en tout cas durant la montée je ne prendrais plus de photos... (plus parce qu'on est en rade de thunes à ce moment là tout simplement)

DSC_0772.JPG

DSC_0773.JPG

Après environ une heure nous arrivons à l’étape intermédiaire, étape où les gars viennent peser leur prise et se ravitailler en eau et peut être biscuit s'ils en ont les moyens.

DSC_0774.JPG

C'est aussi là qu'ils reçoivent leur paye directement si je ne me trompe.

DSC_0777.JPG

Nous continuons la progression.

DSC_0778.JPG

Le ciel est très bas ce matin.

DSC_0779.JPG

Notre “accompagnateur” s’arrêtait régulièrement pour nous attendre (et se faire des pauses clopes).

DSC_0783.JPG

On devine le chemin en zig-zag bien raide.

DSC_0784.JPG

DSC_0785.JPG

DSC_0786.jpg

DSC_0788.JPG

DSC_0791.JPG

Encore au moins tout ça à parcourir...

DSC_0793.JPG

DSC_0794.JPG

DSC_0800.JPG

DSC_0802.JPG

Le brouillard est relativement épais, je ne le savais pas encore mais nous étions bientôt arrivé...(enfin je pouvais m'en douter parce qu'il y a des bornes kilométriques tout les 100m pour se repérer)

DSC_0811.JPG

A partir de ce moment là on croisera de plus en plus de ces mineurs de l'impossible.

DSC_0814.JPG

DSC_0814.JPG

Lorsque je découvrais la Thailande en 2006, je ne m'attendais certainement pas à y poser mes valises 2 ans plus tard ! Depuis je voyage régulièrement à travers toute l'Asie. Je partage, photos, conseils et récits de la vie d'expatrié en Thailande et sur les pays d'Asie, pour ceux qui serait tenter par l'aventure de l'expatriation, ceux qui rêvent d'Asie et ceux qui veulent rêver tout court.

0 Avis

Laisser un commentaire

Indonésie : L’ascension du Kawah ijen – 12e jour – 1/5

by Romain time to read: 4 min
0