Ban Gioc, les plus grandes chutes du Vietnam

Ban Gioc, les plus grandes chutes du Vietnam
chutes ban gioc - nord vietnam

Notre passage à Cao Bang était dans la seule optique de faire un tour jusqu’aux chutes de Ban Gioc, ces chutes d’eau qui, telles les chutes du Niagara ou celles d’Iguazu pour ne citer que ces 2 là, sont situés sur une frontière, en l’occurrence ici, entre le Vietnam donc, et la Chine.

L’occasion aussi de parcourir un peu la province de Cao Bang et d’y visiter une grotte pas inintéressante et des paysages toujours aussi agréables.

Les chutes de Ban Gioc, petit paradis Chino – Viet

Pour rejoindre ces fameuses chutes, c’est un trajet de 90 km depuis Cao Bang jusqu’à la frontière, qu’il faut effectuer, le long d’une belle route, souvent considérée comme l’un des plus belles du nord du Vietnam.

Cela se fait en plus ou moins 3 étapes différentes. Une première assez courte, qui longe une rivière et passe par une route un peu cabossée entre des petites montagnes. Après une série de virages et quelques lignes plus droites, on passe par le petit col de Ma Phuc (coude du cheval…), qui atteint tout juste les 525 m au-dessus de la mer (mais y’a une belle vue en haut).

Enfin la dernière partie est constituée d’une route plus plate et facile car peu de virages. En tout, comptez 2 petites heures (arrêts photos inclus 😉 ) pour arriver à destination.

Parmi les arrêts, on en fera surtout un vers la fin, car une des « attractions » de la région, ce sont ces roues en bambous qui sont utilisées pour l’irrigation. Et le paysage alentour avait un je ne sais quoi d’apaisant, entre la rivière qui coule paisiblement, les pics de montagne qui jalonnent cette vallée et les chevaux qui broutent tranquillement l’herbe fraîche au milieu de ladite rivière, je suis conquis.

roue bambou près de ban gioc - province de cao bang

roue bambou près de ban gioc - province de cao bang

près des chutes ban gioc vietnam

Mais c’était encore rien comparé à ce qui nous attendait quelque 6 km plus tard. C’est cette même rivière que nous suivions plus tôt et la même que celle se jetant du haut de 30 m sur 3 étages, les chutes de Ban Gioc.

Et en voyant ce décor fabuleux qui s’ouvre à nous depuis le bord de route, là encore mes yeux frétillent.

Devant nos yeux ébahis se trouvait donc ce petit paradis, avec en face la Chine. Une petite anecdote, je me faisais la réflexion que c’était la première fois pour ma part que j’allais voir des Chinois dans leur pays…

chutes ban gioc - Vietnam

Vue sur les chutes et la montagnes, située en Chine.

chutes ban gioc - Vietnam

En traversant le marché aux souvenirs de Ban Gioc.

chutes ban gioc - Vietnam

Une vue sur les 2 points de chute.

chutes ban gioc - Vietnam

chutes ban gioc - Vietnam

chutes ban gioc - Vietnam

chutes ban gioc - Vietnam

Vue sur le côté Vietnam.

chutes ban gioc - Vietnam

chutes ban gioc - Vietnam

À ma grande surprise, je pensais les lieux plus fréquenté et plus aménagé pour le tourisme, car étant l’une des attractions phare du Vietnam (Et étant habitué au style « à la Thai… »), mais non, tout au plus quelques boutiques souvenirs, déserte à notre passage, sont alignés le long du petit chemin conduisant au pied de la chute.

Et quelle chute. C’est encore plus impressionnant en s’approchant. La rivière nous sépare de seulement 100 m de nos voisins d’en face, beaucoup plus nombreux. On voit bien que côté chinois, il y a plus d’aménagement, on peut y apercevoir un hôtel, une plateforme au niveau du premier étage, etc.

Il est possible d’accéder au premier étage et de se rendre au sommet, côté vietnamien, il faut emprunter un petit chemin à la va comme je te pousse. J’irais seul, poussé par ma curiosité et mon envie d’angles différents pour la photo. J’ai été servi !

La plus grosse présence de personnes vers ce lieu était ce groupe d’étudiants en train d’écouter un discours d’un prof au pied de la partie gauche de la cascade, qui est un peu séparé de la grosse partie principale.

Lorsque j’ai fait mon escapade en haut, je n’y ai croisé que quelques vaches et plus loin, un autochtone en train de faire son bain, traquilou bilou.

chutes ban gioc - Vietnam

Le chemin accédant aux étages supérieurs.

chutes ban gioc - Vietnam

chutes ban gioc - Vietnam

Un pêcheur au 1er étage.

chutes ban gioc - Vietnam

Coucou les Chinois en Chine !

chutes ban gioc - Vietnam

Vue depuis le 1er étage. On aperçois un hôtel et nettement plus d’aménagements chez les voisins d’en face.

chutes ban gioc - Vietnam

Au sommet.

chutes ban gioc - Vietnam

La vue d’en haut est pas mal du tout !

chutes ban gioc - Vietnam

Au dernier étage.

chutes ban gioc - Vietnam

chutes ban gioc - Vietnam

Tranquille.

Je reste amusé un moment devant le balai des embarcations remplies de Chinois, qui s’approchent au plus près des chutes, tandis que côté Vietnamien, les bateliers se tournent un peu les pouces…

chutes ban gioc - Vietnam

Des Chinois sur un bateau s’approchant des chutes.

chutes ban gioc - Vietnam

On resta en tout plus 1h30, avec cette chaleur intense, malgré toute cette eau autour de nous, il était temps d’aller chercher un peu de fraîcheur, prochaine étape, la grotte de Nguom Ngao.

Tarif d’accès = 20 000 Dong par personne (parking inclus 😉 )

La grotte de Nguom Ngao

Juste avant les chutes se trouve la grotte de Ngom Ngao, considérée comme la deuxième plus belle du pays après celle de Phong Nha. Elle s’étend sur 3 kilomètres, paraît-il jusqu’aux chutes. La partie que l’on peut visiter est éclairée et inclut une immense salle de plus de 100 m de long.

L’accès lui-même a son charme. D’abord on passant devant des villages avec de jolies maisons en pierre, le long d’un chemin passant entre les montagnes. Ensuite parce qu’on y traversait un grand champ de maïs, logé entre les montagnes tel un coin secret, car il n’y a aucune route d’accès dans cette petite vallée, les escaliers depuis le parking étant le seul accès (en dehors des petits chemins locaux menant vers des maisons isolées du coin)

grotte nguom ngoc - Cao Bang

L’escalier pour accéder au champs à traverser.

grotte nguom ngoc - Cao Bang

Le champs entouré de montagne.

grotte nguom ngoc - Cao Bang

Tandis qu’on payait notre ticket, un groupe de Vietnamien était affairé à jouer aux cartes avec entrain.(en dehors des petits chemins locaux menant vers des maisons isolées du coin)

Je dois dire que je ne m’attendais pas à grand chose en y allant, juste que c’était l’une des attractions touristique de la région et qu’après tout, on passe à côté.

Et bien, je dois dire que j’ai plutôt été agréablement surpris. Sans être « renversante » non plus, celle-ci possède une ambiance et un charme indéniable, son éclairage pertinent y étant certainement pour beaucoup. J’ai apprécié déambuler pendant ces 45 minutes qu’ont duré notre visite.

Il n’y avait pas grand monde, on croisait tout juste un groupe de touristes vietnamiens avant nous, mais étions essentiellement seuls dans la grotte, profitant pleinement des lieux et de son atmosphère.

Tarif d’entrée = 30 000 Dong par personne

grotte nguom ngoc - Cao Bang

L’entrée de la grotte est toute petite !

grotte nguom ngoc - Cao Bang

grotte nguom ngoc - Cao Bang

grotte nguom ngoc - Cao Bang

grotte nguom ngoc - Cao Bang

Attention à ne pas glisser là il ne faut pas…

grotte nguom ngoc - Cao Bang

grotte nguom ngoc - Cao Bang

Attention à la tête aussi, il faut marcher en canard pour passer là…

grotte nguom ngoc - Cao Bang

Les oeufs d’Alien se portent bien !

grotte nguom ngoc - Cao Bang

Dans la salle principale.

grotte nguom ngoc - Cao Bang

grotte nguom ngoc - Cao Bang

grotte nguom ngoc - Cao Bang

grotte nguom ngoc - Cao Bang

grotte nguom ngoc - Cao Bang

Une colonne « argenté ».

grotte nguom ngoc - Cao Bang

grotte nguom ngoc - Cao Bang

On ressort par un autre côté.

grotte nguom ngoc - Cao Bang

Il faisait si bon dedans…. retour au chaud !

Et là, c’est le drame…

C’est alors que je m’éloignais de la grotte, réempruntant ce petit chemin de terre qu’arriva LE pépin de ce séjour… Nous avions déjà parcouru une grosse majorité du parcours et arrivions à près de 900 km dans les pattes, sans aucun souci notable.

Mais une petite poule changea toute la donne… N’importe qui dirait à froid, « ouais la poule, tant pis pour elle, faut pas hésiter, c’est elle ou toi ».

Sauf que sur le moment, j’allais, mais alors, vraiment pas vite, donc un petit coup de frein me paraissait tout naturel… Sauf que d’une, c’était un chemin de terre et graviers…. Et en plus, par réflexe sur le moment, j’utilisais le frein avant.

Le résultat est sans appel et je n’ai rien vu venir, PAF, nous voilà en train de glisser sur le côté. Dernière erreur, la plus fatale je dirais, comme je n’allais pas vite, j’ai essayé de retenir la moto dans ma chute.

village près de Cao Bang - nord Vietnam

Village auquel je pensais m’arrêter faire un tour…. loupé !

village près de Cao Bang - nord Vietnam

village près de Cao Bang - nord Vietnam

paysage province de Cao Bang

route près de Cao Bang

Attention… cheval !

paysage province de Cao Bang

paysage province de Cao Bang

La dernière photo de la journée, mon bras criant STOP !

Me voilà la tête aplatie contre le sol, je dis merci à mon casque en pensant quand même à quelques jurons dans ma tête alors que la moto m’écrase la jambe.

Le tout s’est déroulé devant une maison où des villageois nous ont d’abord regardés incrédule avant de nous aider à relever la moto, qui n’avait pas grand chose à vrai dire, ni même ma femme, à peine égratignée.

Moi, je sentais une douleur légère à la poitrine et surtout, une, plus vive, au niveau du coude droit. Je sentais que mon poignet allait en chier dans les jours qui viennent.

Cela ne m’empêchera pas de terminer le séjour. Mais je me suis vite senti frustré, car mon bras m’empêchait correctement de prendre des photos (oui, chacun ses priorités…) et le freinage s’avérait douloureux en usant de la main droite.

Pour l’anecdote, 15 jours après ça, alors que nous étions revenu en Thaïlande, mon coude devenant jaune, je me décidais à faire un check up à l’hosto, bilan ? Je m’étais tout de même fêlé l’os au niveau du coude (au cubitus) ainsi qu’une côte au niveau du sternum…. ouch !

Une manière de rappeler que le nord du Viêtnam se mérite vraiment et que si vous n’êtes pas habitué à la moto, il peut s’avérer plus sage de faire appel à l’agence spécialisée Comptoir des voyages et/ou préférer la voiture…

Alors, toujours tenté par la moto au nord du Vietnam ?

Lorsque je découvrais la Thailande en 2006, je ne m'attendais certainement pas à y poser mes valises 2 ans plus tard ! Depuis je voyage régulièrement à travers toute l'Asie. Je partage, photos, conseils et récits de la vie d'expatrié en Thailande et sur les pays d'Asie, pour ceux qui serait tenter par l'aventure de l'expatriation, ceux qui rêvent d'Asie et ceux qui veulent rêver tout court.

4 Avis

  1. Malade!!! J’ai voyagé dans une bonne partie du Vietnam et j’ignorais la présence de ces magnifiques chutes. C’est la première fois j’en entend parler d’ailleurs. Un pur plaisir visuel 🙂
    Rachel – Blog voyage Découverte Monde Articles récents…Mon voyage au Costa Rica sac à dos avec ma mèreMy Profile

    • Auteur
      Romain ll y a 12 mois

      Merci ! Comme quoi… je comprends maintenant que c’est si peu développé, je les pensais bien plus connues que ça ! Content d’avoir fait découvert un nouveau lieu !

  2. famille alphabet ll y a 12 mois

    Toujours des articles sympas et des clichés plus vrais que nature a quand une visite aux philippines? qu’on voit de jolies photos

    • Auteur
      Romain ll y a 12 mois

      Merci pour votre commentaire ! Une visite aux Philippines se fera certainement un jour mais n’est pas prévu dans un futur proche… wait and see 😉

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CommentLuv badge

Ban Gioc, les plus grandes chutes du Vietnam

by Romain time to read: 7 min
4